Les Malgré Nous dans la Kriegsmarine

Jean-Noël Gradhomme restitue une tragique et passionnante saga collective, dans son ouvrage Les Malgré Nous de la Kriegsmarine.

Les incorporés de force au côté d’engagés volontaires

À partir de l’été 1942, des milliers de jeunes Français des départements d’Alsace et de Lorraine annexés de fait par l’Allemagne nazie, mais aussi des jeunes filles, furent incorporés de force – au côté d’engagés volontaires – dans les unités combattantes et les services auxiliaires de la marine de guerre allemande, la Kriegsmarine, cette arme puissante fière de son histoire et de ses traditions.

 

 

Destins inscrits dans l’Histoire

 

De la Scandinavie à la Crète, de la rade de Brest aux côtes soviétiques, sur d’imposants navires de guerre ou dans les redoutables U-Boote, ce sont d’étonnants parcours accomplis sous l’uniforme allemand honni.

Ils ont connu la routine épuisante des entraînements à la prussienne, la violence des combats sur tous les fronts, les horreurs apocalyptiques de la fin de la guerre sur la Baltique, mais aussi les moments de détente et la camaraderie, la résistance passive et les désertions malgré la suspicion pesant souvent sur les Malgré Nous, le passage par les camps de prisonniers russes ou britanniques avant des retours parfois tardifs.

Telle est la trame de ces destins inscrits dans une histoire qui les dépassait tous et en a broyé beaucoup.

 

Une saga collective jamais racontée

 

Alors que la mer et la marine ont toujours fasciné et attiré les jeunes Alsaciens et Lorrains, cette page d’histoire pleine d’aventures n’avait jamais été racontée jusque-là, car l’ombre maudite de la croix gammée la recouvrait et empêchait d’en faire un récit serein.

C’est le travail qu’a entrepris l’historien Jean-Noël Grandhomme, enrichissant son importante documentation par de nombreux témoignages d’anciens de la Kriegsmarine. Il restitue ainsi, sans tabou ni complaisance, une tragique et passionnante saga collective.

 

Jean-Noël Grandhomme est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Strasbourg. Membre des comités scientifiques du Mémorial de Verdun et du Musée-Mémorial de Gravelotte, créateur du fonds « Malgré-Nous » des archives orales du département de la Marine au Service historique de la Défense, ce spécialiste des conflits est l’auteur de nombreux livres et articles sur les deux guerres mondiales.

 

Un livre de Jean-Noel Granhomme

Les Malgré Nous dans la Kriegsmarine

ISBN: 978-2-7165-0794-3

432 pages

Livre broché

25,00 €

Pour en savoir plus:

L’Alsace et la Moselle occupées ont fourni 1 % du contingent total des forces armées allemandes, soit 130 000 hommes, dont 100 000 Alsaciens et 30 000 Mosellans.

Parmi les130 000 hommes qui furent appelés par le Troisième Reich, 30 % furent tués ou portés disparus, 30 000 blessés et 10 000 invalides.

 

Il est particulièrement malaisé de déterminer combien de malgré-nous sont morts au front et combien sont décédés suite à leur captivité dans les camps russes.

L’historien Régis Baty avance cependant les chiffres suivants : 24 000 morts au front et 16 000 en captivité soviétique ou yougoslave, dont peut-être entre 3 000 et 6 000 morts au seul camp de Tambov, ainsi 40 000 ne sont pas rentrés à l’issue de la guerre.

 

Depuis 1945, les Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l’armée allemande bénéficient des mêmes droits que les combattants ayant servi dans les formations de l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale.

 

« Les Alsaciens en uniforme allemand furent concentrés dans le camp de Tambov et subirent le sort de tous les prisonniers de la Wehrmacht, avec des conditions de vie très dures, un taux de mortalité élevé et des campagnes de rééducation antifasciste. Libérés en grande majorité durant l’automne 1945, une partie des « malgré-nous » passe pourtant plusieurs années supplémentaires en captivité.

 

Accusés de crimes de guerre par les Soviétiques, ils se sentent trahis par la France Libre, et utilisés comme monnaie d’échange dans les négociations diplomatiques. Certains iront jusqu’à évoquer l’intervention de dirigeants communistes français afin de retarder leur retour, tant le témoignage de leur expérience ternirait l’image de l’Union soviétique. »

 

« À Tambov, les conditions de détention sont effroyables. Les prisonniers y survivent dans une effarante promiscuité et dans une hygiène déplorable, à l’abri de baraques creusées à même le sol pour mieux résister au terrible hiver russe où la température descend en dessous de -30 °C. Un peu de soupe claire et environ 600 grammes de pain noir, presque immangeable, constituent la ration journalière estimée à 1 340 calories (en comparaison, en 1944, les détenus d’Auschwitz recevaient 2 000 calories par jour). On estime qu’environ un homme sur deux mourait à Tambov après une durée moyenne d’internement inférieure à quatre mois. 10 000 Français terminèrent ainsi leurs jours au camp de Tambov. »

 

A leur retour en France, ils ont été fortement attaqués par les militants du Parti communiste français pour leurs dénonciations de la situation dans les camps d’internement soviétiques et pour leurs témoignages sur les conditions de vie et de la guerre à l’Est.

 

Les 5 derniers à rentrer chez eux sont arriver en France en1961 !

 

Quelques références

 

Annuaire de ressources généalogiques en Alsace: http://www.alsacegenea.org/

 

Jost – Léo Knobloch soldat du Reich 1898-1918 –

Vie d’un soldat alsacien né après la défaite française de 1870. Parcours de Léo K. °1878 incorporé dans les armées allemandes : service militaire 1898 puis guerre 1914-1918. (très bon récit, bien documenté) :http://bertrandjost.chez-alice.fr/Francais/Soldats_oublies/knobloch.htm

 

Ph. Nithart – Boîte à outils du généalogiste alsacien. Un des meilleurs sites pour l’Alsace, une somme d’infos remarquables http://www.nithart.com/toolbox.htm

 

Un récit vécu par Jean-Pierre Apprill :http://www.genealogie-de-france.org/jp/

 

Un résumé du contexte :http://www.anac-fr.com/2gm/2gm_11.htm

 

Récit humaniste et détaillé d’une de ces familles déportée dans le gd Reich en représailles pour refus et insoumission d’un fils :http://www.weberberg.de/prolog/babe/preface.html

 

Les Malgré Elles dans la guerre :

http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/occupation/dossier.asp?ida=420616

 

Cliquer aussi sur la photo du très jeune Malgré Nous:

 http://www.soultz68.fr/F/choisir/soultziens/malgrenous.html

 

Réagir


  • CAPTCHA

Météo Mirecourt

Jeudi

min. 6 °

max. 24 °

Risque de pluie

Vendredi

min. 7 °

max. 18 °

Ciel dégagé

Samedi

min. 9 °

max. 20 °

Partiellement nuageux

Rechercher sur le site

Calendrier

« Juin 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Newsletter

  • En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Amicale des Marins et Marins Anciens Combattants de MIRECOURT et Environs



IN MEMORIAM

HISTORIQUE

L'AMICALE, SON BUT

CONTACT

LE CONSEIL D'ADMINISTRATION

LES BREVES DE LA FEDERATION des AMICALES de MARINS et MARINS ANCIENS COMBATTANTS

INFORMATIONS

DES NOUVELLES DES AUTRES BATIMENTS DU GRAND EST

MONDE COMBATTANT

LE JOURNAL OFFICIEL "DEFENSE"

UN HOMME, UN BATEAU, UNE HISTOIRE

LE CENTRE D'ETUDES STRATEGIQUES DE LA MARINE

SOUVENIRS DE MARINS

LE POSTE DES ARTISTES

LES DESSINS DE JACQUES MARQUET

INFOGRAPHIES

CARNET MONDAIN

Dis pourquoi ?

NOS LIVRES DE HAMMAC

LE MAGAZINE COLS BLEUS

MENTIONS LEGALES

Espace Membre

Dernières modifications

Livre d'or

  • Derniers messages :

  • Comme chaque année qui se termine, j'ai une pensée spécialement pour mes amis d'anciens marins de Mirecourt. Je vous souhaite un joyeux noël dans vos familles et tous les voeux de santé et bonheur pou...

    par ferdinand herrmann
  • Le bénévole est un homme heureux qui fait du bonheur Continuez à garder cette belle devise UNIS COMME A BORD FH

    par ferdinand herrmann
  • Aller sur le livre d'or →

Dons

Visiteur en ligne

    • Nombre d'invité : 0